Texte par l'auteur

 Mise en garde importante : respect des droits d'auteur  


Terre et feu ~350 ans de production céramique au Québec

 

Les Débuts

Robert Drouin érige en 1641 une briqueterie sur la Côte de Beaupré près de Québec, après que Champlain signale en 1613, la présence de terre grasse à potier. On y produisit des briques et des tuiles. En 1655 le premier potier de terre mentionné dans les archives de la Nouvelle-France est Nicolas Pré dit Dupré (1655-1662). Il s'installe sur la Côte de Lauzon (Lévis) près de Québec pour tourner ses pots de terre. Durant la période française vingt potiers tout au plus ont été recensés. La mère-patrie fournit tous les produits nécessaires à la colonie ce qui explique leur petit nombre.

L'Après-conquête

Les artisans-potiers de l'Après-conquête, surtout ceux du bourg St-Denis, connaissent leur âge d'or. Simon Thibodeau fut le premier à s'y installer en 1776, revenu des États-Unis après la déportation des acadiens. Les quatre-vingt-trois potiers dénombrés tournaient leurs vaisseaux de terre avec de l'argile locale. Depuis les débuts de la colonie, Les Saules le long des rivières St-Charles et Lorette dans la région de Québec, est un endroit privilégié par les artisans-potiers. Au 19esiècle, de petites manufactures comme les poteries Bell, Dion, Goodwin (Hobson) et Smolenski-Mederschein s'y installent. Créée par des immigrants écossais, la Poterie Bell (1850-1932), voit sa réputation grandir par la production de pipes de plâtre réputées. Toujours dans la région de Québec, Jean-Baptiste Dion fonde vers 1851 la Poterie Dion (1851-1918). Sous les efforts d'Antoine Dion elle devient la plus importante manufacture artisanale du 19e siècle. C'est une entreprise familiale florissante et les potiers qui y oeuvrent sont à l'affût des dernières nouveautés. L'utilisation dans leur production de la glaçure à base de cuivre mélangé au plomb est une première. En 1918, l'entreprise ferme, et avec elle s'éteint une tradition artisanale perpétuée depuis le 17e siècle. La Poterie de Cap-Rouge (1860-1892) est la seule manufacture à produire des pièces de style yellow-ware dans la région de Québec. Cette dernière n'atteint cependant jamais le succès commercial espéré des différents propriétaires après avoir connu des difficultés financières. Les autres régions du Québec ont à cette époque une production plutôt restreinte à l'exception de la région de Yamachiche.

L'Ère industrielle

En 1840 à St-Jean-d'Iberville, la famille Farrar du Vermont introduit pour la première fois la production de la terre cuite vitrifiée. C'est le plus grand centre de production industrielle au pays avec soixante-cinq manufactures qui se succèdent. La plus importante industrie est de loin la St. Johns Stone Chinaware Company (1873-1897). Elle produisit un ensemble de vaisselle de porcelaine bleue, l'un des plus beaux du 19e siècle. S'éteint avec le dernier des Farrar, décédé en 1927, une tradition de la production de grès dans la région du Haut-Richelieu.

La Renaissance

Avec l'arrivée d'Henri-Louis Miège, un suisse, à Shawinigan vers 1929 jusqu'à son décès prématuré en 1932, renaît la poterie artisanale au Québec. Vers 1931, à l'École Technique de Shawinigan, Michel Jolivet y introduit la poterie. Toujours à Shawinigan vers 1935, une autre production céramique artisanale débute avec Les Ateliers Larochelle (1931-1939). Une artiste et potière amateur de Montréal, Béatrice Rickards (1931-1933), créée des modèles pour Canadian Potteries Limited. Pierre-Aimée Normandeau, diplômé de l'École nationale supérieure de céramique de Sèvres, reçoit en 1936 ses premiers élèves à la section de céramique de l'École des beaux-arts de Montréal. Deux des premiers diplômés ouvriront des ateliers de travail : Jean-Jacques Spénard à Trois-Rivières en 1938, et William Hutchison à Montréal en 1939. Dans la même année, La Maîtrise d'Arts est fondée par Louis Parent à Montréal. Nous retrouvons en 1946, toujours à Montréal, l'atelier Bernita créé par Bernard Lauzé et Anita Elkin. Sous les auspices des ministères de l'Agriculture et celui de l'Industrie et du Commerce, de petites industries sont aussi créées ; telles La Poterie du Saguenay (1939-1949), Central Pottery Ltd. (1940-1941) et la Céramique de Beauce (1940-1989). Des immigrants fondent eux aussi La Poterie d'art Laurentienne Inc. à  Joliette (1940-2005), la Quebec Art (1946-v. 1954) à Ste-Agathe-des-Monts et la St. Lawrence Ceramics Ltd. (1949-1973) à Québec.

L'Émergence

À l'École du meuble à Montréal (1945-1958) d'autres céramistes sont formés tels : Gaétan Beaudin, Jean Cartier, Maurice Savoie, Claude Vermette et Denise Beauchemin. En introduisant le «free form» à la Poterie Décor de Rimouski (1946-1953), Beaudin est un précurseur. L'Institut des arts appliqués de Montréal (1958-1969) génère également de grands céramistes. Impossible de tout les nommer sans en oublier. L'histoire de la production céramique moderne québécoise a été marquée par d'autres  pionniers d'une façon indélébile. Les influences véhiculées par leurs enseignements, leurs créations artistiques ou par leurs productions industrielles ont créé des avenues nouvelles qui ont marqué les arts décoratifs au Québec.

La Maturité

Nous pouvons dire que la céramique québécoise d'aujourd'hui, dans cette foulée de l'âge d'or de la céramique moderne des années 1950 à 1970, est arrivée à une maturité et à une qualité telle qu'elle se démarque dans le monde de la céramique contemporaine internationale.

Lisette Gagné, D.E.C. en histoire  

Collectionneure, chercheure et évaluateur en poterie et céramique québécoise 

 

Notes importantes de l'auteur de ce texte : mise-à-jour le 17-03-12

1. Parution de ce texte dans la revue «Chez L'Antiquaire», mai 2005

2. Parution de ce texte dans la revue «1001 Pots», 17eexposition, été 2005

3. Parution de ce texte dans la revue d’histoire du Québec «Cap-aux-Diamants», automne 2005, no. 83, p. 42 

4. Présentation de ce texte sur Érudit.org : http://www.erudit.org/culture/cd1035538/cd1045643/7059ac.pdf

5. Présentation de ce texte emprunté sur Wikipédia http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=4551

6. Création en 2005, d'une page Web sur le site de 1001 Pots à Val David : http://www.1001pots.com/PAGES/350e.html

Terre et feu ~350 ans de production céramique au Québec

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 27/08/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×